Erotisme à St Jean du Doigt!

J’exposerai une pièce de gravure imprimée sur textile à l’exposition Erotisme à St Jean du Doigt (Finistère)….

Work in progress!

A chacun son érotisme!
Une exposition riche et hétéroclite avec ses 21 artistes, 21 regards.


Pour sa première grande exposition thématique La Maison des Peintres à choisi un thème intime: l’érotisme.
L’association et ses artistes exposants vous invitent à découvrir leurs 21 propositions aussi diverses dans leurs univers que dans leur formes, car dessins, son, gravures, peintures, sculptures et photographies cohabiteront…

Nous fêterons l’ouverture de l’exposition le 24 au soir à 18h30 en musique coquine …

Du 24 septembre au 9 octobre à la maison des Peintres de St Jean du Doigt.

 

La fin de l’éphémère…

Et voilà… c’est déjà fini… Notre galerie de l’éphémère, après un été de rencontres précieuses et de partages, a fermé ses portes. L’expérience fut riche!

lephemere-les-artistes-ont-fait-le-plein-didees

Ouest France a publié un petit article à cette occasion, que je vous laisse découvrir :

« Les meilleures choses ont une fin, surtout lorsqu’elles sont éphémères. Dans la petite galerie éponyme, mercredi, Marie Janvier, céramiste, Alice Heit, tisserande et graveuse, Gérard Rouxel photographe, ont rangé leurs travaux. Mais pas leurs rêves ni leurs espoirs. Le trio qui a osé ouvrir un lieu d’exposition pendant deux mois, comme un défi, presque sur un coup de tête, ne regrette rien, bien au contraire. « Pour savoir les choses, il faut les tenter », estime Gérard.

Les artistes allaient vers une inconnue. Ils sortent, de ce petit bout de chemin ensemble, avec une nouvelle expérience et des idées, des envies en tête. « Nous n’avons que des retours positifs. Nous y avons fait de belles rencontres, qui déboucheront sur des collaborations pour certaines, une place dans un salon, pour d’autres ». « Cela nous construit pour nous mettre en marche », complète Marie.

Et après ? Pourquoi pas inventer « un lieu multiforme », avec des salles d’expositions, d’ateliers, un jardin, une cafétéria… L’on dit que cela manque à Morlaix. »

Lune…

Envolez vous vers la lune, atterrissage en douceur, en Mer des Vapeurs! :

 

la lune gravure alice heit

la lune gravure alice heit mers oceans

la lune gravure alice heit mers oceans crop

la lune gravure alice heit mers oceans crop2

la lune gravure alice heit mers oceans crop3

la lune gravure alice heit mers oceans crop4

la lune gravure alice heit mers oceans crop5

la lune gravure alice heit mers oceans crop6

la lune gravure alice heit mers oceans crop7

la lune gravure alice heit mers oceans crop8

la lune gravure alice heit mers oceans crop9

la lune gravure alice heit mers oceans crop10

la lune gravure alice heit mers oceans crop11

la lune gravure alice heit mers oceans crop12

la lune gravure alice heit mers oceans crop13

la lune gravure alice heit mers oceans crop14

Gravures de l’été 2016

plante japonaise alice heit

plante a yeux alice heit

gravures alice 11

gravures alice 9

gravures alice 3

gravures alice 1

clematites en contrejour alice heit

clematites alice heit

chrysantheme japonaise alice heit

Alice Heit digitale gravure

alice heit amour en cage

la lune gravure alice heit

Portrait,  » Alice tisse sa toile artistique en pays de Morlaix »

alice-tisse-sa-toile-artistique-en-pays-de-morlaix

La jeune femme cherche un local pour installer ses métiers à tisser. Du tissage à la gravure, Alice Heit fait le grand écart avec bonheur.

Portrait

Tout lui va : la pointe fine du graveur, le fil de soie, la plume du papier, les lisses, le dessin botanique, les masques et même la pellicule de cinéma avec la réalisation de courts-métrages en super 8. On la dirait sortie de l’Ère de Borée, lieu fascinant construit en Ardèche qui symbolise l’analogie universelle qui régit les états multiples de l’être. Alice Heit est née à Strasbourg et a vécu à Toulouse ou encore à Rennes avant de s’acclimater à ce Finistère trégorrois. À Locquirec.

L’intelligence de la main

La trentaine, Alice a déjà un beau parcours. Comme ce diplôme de designer textile obtenu avec les félicitations du jury, après être passée par l’École nationale Supérieure des Arts Appliqués et Métiers d’Art de Paris. Elle a reçu le prix Liliane Bettencourt pour l’intelligence de la main pour son projet intitulé Surfaces sensibles, une collection composée de douze coupons confectionnés à la main sur son métier à tisser « 24 lames ».

La tisserande y a déjoué les contraintes du tissage textile conventionnel en créant d’étonnantes surfaces en relief. De l’entrecroisement de fils de chaîne et de trame, elle est parvenue à obtenir des formes organiques. Belle récompense pour la jeune femme qui depuis, enchaîne les créations. La plus étonnante ? Ce chemin de table qui intègre des fibres optiques, et dont les motifs se transforment au fil du temps.

En 2015, elle travaille en duo avec Enora Rouillé. Une collaboration qui confirme son souhait de continuer de travailler avec des couturières. Pour tisser sa toile, Alice fait partie de l’équipe de jeunes artisans engagés dans le projet pluridisciplinaire dans l’ancienne scierie à Pont-Menou. « C’est là que j’aimerais installer mes métiers à tisser et transmettre. Mais nous n’en sommes qu’au début des travaux. En attendant, j’aimerais trouver un local pour pérenniser mon activité. »

En ce moment, la tisserande se passionne pour la gravure. « J’ai toujours dessiné la nature, je suis une contemplative. » À la Galerie de L’éphémère, Alice Heit expose ses lunes, ses tubercules imaginaires et ses renards qui portent autour du cou, un collier de fleurs médicinales. Il faut regarder, comme il se doit : le nez collé aux oeuvres, à tenter de lire l’entrelacs, et ses dessins chiadés, ou prendre du recul pour apprécier son monde.

Pratique : Galerie L’éphémère, 2, place Charles de Gaulle à Morlaix.

Publié le 21/08/2016  Ouest France.

drôles de tubercules…

Après ma « plante à yeux » voilà les « tubercules »! c’est le début d’une série de plantes imaginaires…

Demandez la lune!

Les impressions continuent à l’atelier! des nouveaux tirages sont régulièrement disponibles en vente à la galerie de l’éphémère à Morlaix… Attention, série limirée à 30 exemplaires pour la lune!

La galerie de l’éphémère !

Affiche éphémèreMarie, Alice et Gérard se connaissaient depuis peu.

Pourtant, ils ont décidé d’ouvrir, à Morlaix, un espace d’exposition qui porte bien son nom : la galerie de l’Éphémère.

La première est céramiste, la seconde graveur et tisserande, le troisième, photographe. Leur point commun ? L’amour des arts, et en général, l’envie de créer, de présenter leur travail et d’en découvrir d’autres. Pas facile dans un territoire pauvre en salle d’exposition. « Nous nous sommes rencontrés lors d’un vernissage d’Alice à Saint-Jean », raconte Gérard. Au fil des conversations, le constat s’impose. Et le désir, plus fort, de trouver un lieu.

Le trio, nouvellement formé, a pris les choses à bras-le-corps, car à trop réfléchir, pour peu qu’on se décourage, on ne fait rien. « On a foncé », insiste Gérard. Une opportunité, un peu de culot, un coup de peinture et un nouvel éclairage. Les choses se sont faites en 15 jours. Le pari est osé, sans être trop risqué, puisque la galerie, ouverte le 19 juillet, fermera ses portes à la mi-septembre.

La nature comme fil conducteur

Outre cette belle initiative, une notion est chère aux artistes et nourrit leur travail. La terre, les fibres végétales ou la flore, chacun tire parti de ce que leur offre la nature. Marie Janvier sculpte la terre qu’elle cuit puis enfume. Ses pièces décoratives sont une recherche sur l’habitat, le cocon.

Alice Heit tisse la fibre d’ortie, pour en faire ensuite des chemins de table illuminés par des fibres optiques. Elle dessine, grave le cuivre à la pointe sèche et fait naître des fleurs sous sa presse. Des fleurs qu’immortalise le photographe Gérard Rouxel. Un brin de poésie émane de ses macros en noir et blanc, où les aigrettes d’un pissenlit volent au vent.

Des plantes éphémères qui essaiment en fanant. Comme cette galerie, peut-être. Et si, pour une fois, l’éphémère durait un peu ? « On apprend à marcher, après on verra. Vous savez, vous, ce qui va se passer demain ? », confie Alice, le sourire aux lèvres.

fermé le lundi, ouvert du mardi au dimanche de 15h à 19h,
sauf le samedi ouvert de 11h à 13h et de 15h à 19h.
Galerie de l’Éphémère, place Charles-de-Gaulle. Nocturne, les mercredis du Bel Été.

morlaix-une-galerie-de-lephemere-pour-la-perennite-de-lart-1.jpg

http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-une-galerie-de-lephemere-pour-la-perennite-de-lart-4386780

Quelques autres gravures du moment…

Gravures en cours de tirage… Renard « le collier magique », graines de clématite en contrejour, amour en cage, chrysanthème japonaise… séries limitées, entre 12 et 50 exemplaires.

Digitales en série !

Je viens de terminer série de tirages (12 exemplaires) de digitales pourpres,  grand format en gravure sur tetrapack… elles sont nommées « witches thimbles » ou « purple foxgloves », ce qui signifie « les dés à coudre des sorcières » et « les gants pourpres du renard »…